Dirigeants et porteurs de projet, ne gardez plus vos idées. Concrétisez-les (ou tuez-les !)

Chez prototyper nous rencontrons quotidiennement des porteurs de projet et des dirigeants d’entreprises, qui viennent nous briefer sur l’idée qu’ils souhaitent concrétiser. Souvent réduite à quelques mots, parfois posée sur une feuille A4 recto verso, le plan pour transformer votre idée en véritable projet solide et viable en vue de créer ou développer son entreprise n’est pas une tache simple. Chez Prototyper on vous aidera à mieux penser vos idées, à éviter les mauvaises orientations et surtout à concrétiser.

L’idée du siècle.

« Eurêka ! J’ai une idée géniale et unique qui aidera la terre entière ! » On a tous déjà vécu ce moment grisant de l’idée du siècle qui nous traverse l’esprit. Ok. posez-vous.

Vous pensiez votre idée unique ? Quelques heures de recherches suffisent à faire redescendre sur Terre. Désolé vous n’êtes pas le seul à avoir eu l’idée et ce n’est pas grave. Demandez à n’importe quel fondateur si son idée originelle a été concrétisée. La réponse est non. Le mythe de « l’idée du siècle » n’existe pas. Tout le monde est créatif, tout le monde à des idées tout le temps et parfois plusieurs personnes ont la même idée au même moment. Les idées sont vouées à évoluer, à se solidifier avant d’être concrétisées, c’est à partir de ce moment que tout commence réellement.

 

La différence faite par ceux qui « réussissent » ? C’est qu’ils ont vite compris que leur idée ne vaut que peu de chose dans la vie d’un projet et que tout se joue lors de l’exécution. « L’idée ne représente que 1% dans le succès de son projet. » Avez-vous déjà lu ou entendu, le reste proviendrait de l’équipe, de l’exécution du plan, des relations avec des partenaires, des clients, des fournisseurs etc… Il est difficile de mesurer l’importance d’une idée dans un projet, selon une recherche menée par Bill GROSS et ses équipes sur plus de 200 startups : l’idée représenterait en réalité 28% du succès d’une Startup. Largement derrière le « Time to market » à 42% et l’exécution/équipe à 32%. Assurez-vous donc que votre idée n’arrive ni trop tôt, ni trop tard et concentrez vous sur l’exécution de votre idée entouré des bonnes personnes.

La conférence de BILL GROSS :

La peur de se faire voler son idée.

Une idée ne se vole pas, vous ne pouvez pas en être dépossédé, elle se copie tout au plus et si cela devait arriver, nous l’avons vu dans le paragraphe précédent : l’exécution prime ! Qu’allez vous en faire ? Soigner l’exécution là est le véritable enjeu. N’ayez donc plus peur d’en parler librement : on tire plus de bénéfice à en discuter et à faire évoluer son idée que de le garder pour soi et la laisser mourir à petit feu au fond d’un tiroir. Mettez de côté votre égo, vous n’êtes pas votre idée, acceptez donc de recevoir des critiques à ce sujet. Si vous vous rendez compte que votre idée n’est finalement pas bonne ou non viable pour créer ou développer votre entreprise : tuez-la et passez à la suivante, sans regret !

Elle existe déjà ton idée.

« Mais ça existe déjà ton idée » Cette réponse redoutable suite au pitch de votre idée, qui suffit à totalement vous décourager et à mettre votre projet à la poubelle. Rassurez-vous, Larry Page, Mark Zuckerberg, Elon Musk, Steve Jobs (et bien d’autres) n’ont pas été les premiers à avoir eu l’idée de leur business. C’est même un avantage à passer après les autres, puisque vous n’aurez pas (ou moins) à faire le travail d’évangélisation d’un marché pas mature. Vous vous appuierez sur l’expérience et les erreurs des premiers et une fois de plus c’est ce que vous allez en faire qui importe réellement.

L’idée VS Le problème

Une idée géniale nous apparait souvent sous la forme d’une solution technique :  » j’ai une idée ! on va faire une application qui …  » Félicitation vous venez d’avoir une intuition. Ok de nouveau, posez-vous.

Ce qui importe ce n’est pas votre solution, c’est le problème que vous cherchez à résoudre. Quand cette idée vous est apparu vous avez pris un raccourci et intuitivement imaginé une solution. Chaque idée cache un problème plus ou moins important, plus ou moins complexe, cherchez à identifier le problème sous-jacent et challengez ce problème : Des clients seraient prêt à utiliser votre solution ? À payer pour ? Il n’y a pas de réel problème ? C’est qu’il n’y a pas besoin de solution.

N’attendez plus pour partager votre idée, testez là auprès de ses clients/utilisateurs, récupérez leurs avis et réitérez, plutôt que de passer plus de temps à imaginer dans votre coins les détails d’un produit ou service dont les gens ne voudront même pas.

À RETENIR :

#1 Votre idée est géniale et personne avant vous n’y avait pensé ? Avez-vous cherché correctement ? Évidemment « Google is your friend » et ce n’est pas la seule source d’informations, tentez une recherche sur la plateforme : https://www.producthunt.com ou les sites de crowdfunding tel que https://www.indiegogo.com Il n’y a pas de concurrent à votre idée ? Soyez prudent ! Pas de concurrent = pas de marché dit-on souvent.

#2 Internet regorge de témoignages d’entrepreneurs qui n’ont pas été soutenus au début de leur projet ! Ne vous laissez pas décourager par ceux qui ne croient pas en votre idée ! Vous avez raison tant que vous ne vous êtes pas prouvé le contraire, et n’oubliez pas tout se joue dans l’exécution. Restez tout de même ouvert aux critiques constructives

#3 « Rien n’est plus fort qu’une idée dont l’heure est venue » Une idée trop en avance et vous aurez en charge d’évangéliser votre marché ou d’attendre la maturité de ce marché (et ça peut être long… voir Blablacar ou Alloresto). Une idée trop tard et vous bataillerez avec toute la concurrence déjà en place. « Le time to market » représente 42% du succès d’un projet ne l’oubliez pas.

Alors n’attendez plus et osez en parler autour de vous. Demandez nous conseil, on est là pour vous.